Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Recherche thématique

logo-resultats

Politique industrielle


Politique industrielle

Articles portant sur ce thème :

L’affaire Airbus montre qu’il n’est plus possible, à l’heure de la mondialisation, de penser une entreprise sur le modèle politique des rapports franco-allemands.
Dans le flux quotidien des nouvelles sur l’affaire Airbus que faut-il déplorer le plus : la panne d’un grand projet industriel ?, la vision dirigiste de Ségolène Royal ?, la querelle des régions françaises et allemandes au nom de l’emploi ?, les invectives entre " camarades " syndicalistes des deux bords du Rhin ? Une chose est certaine : EADS, (...) [lire]

EIB Papers, Vol 11, n°1, 2006. Contribution d’Elie Cohen : "Theoretical foundations of industrial policy", p. 84-107.
Lire en ligne l’article d’Elie Cohen intitulé "Theoretical foundations of industrial policy"
Lire en ligne l’ensemble du volume [lire]

Voir la vidéo
A la veille de l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité et du gaz pour les particuliers, prévue pour le 1er juillet 2007, personne ne semble croire au "grand soir de l’énergie". Cette mesure pourrait pourtant tout bouleverser dans un secteur où Electricité De France (EDF), avec ses 25 millions d’abonnés, et Gaz De France (GDF), et ses quelques 10 millions de clients, règnent en maîtres depuis la loi de nationalisation des industries électriques et gazières de 1946.
"Si le marché se libéralise, (...) [lire]

voir la vidéo
Plus de 80 % des salariés d’Airbus se sont mobilisés, le 6 mars 2007, contre le plan de restructuration qui avait été détaillé une semaine auparavant. S’étant transformé en enjeu de la campagne présidentielle, ce brûlant dossier mobilise les candidats, qui se divisent sur le rôle de l’Etat mais affichent leur souci de défendre l’emploi.
Le 28 février 2007, le constructeur aéronautique annonçait son plan de restructuration, nommé "Power 8", prévoyant la suppression de 10 000 emplois sur ses seize sites européens. La (...) [lire]

Lire sur lemonde.fr
Pierre de lyon : La médiatisation de telle ou telle fermeture de site industriel entraîne-t-elle une surévaluation de la question de la désindustrialisation française par une sorte d’effet de loupe ?
Elie Cohen : Non, nous assistons à une deuxième vague de désindustrialisation en France depuis 2002. Nous avons perdu depuis cette date 500 000 emplois industriels. Nous n’avions pas connu de phénomène aussi marqué depuis la grande période de désindustrialisation française, la période 1978-1985. A (...) [lire]

« Pour stimuler l’innovation, faut-il plus ou moins de concurrence ? De quels acteurs financiers avons-nous besoin pour faire naître des Google européens ? Faut-il déréglementer le marché du travail ? Peut-on adapter en France le modèle danois de flexsécurité ? ». Voilà quelques unes des grandes questions sur lesquelles devraient plancher les candidats à la présidence de la République et nous éviter ainsi une « dangereuse diversion protectionniste », nous expliquaient fin décembre trois économistes de renom : Patrick (...) [lire]

Paru dans L’Industria, rivista di economia e politica industriale, numero speciale 2007, il Mulino.
Abstract de l’article (en anglais) :
The paper starts from the concept of industrial policies, that has never been completely defined, in order to point out the failures, but also the prejudices concerning the vertical policies ; analysing the French history after the 2nd world war and the more recent European experience the author highlights on one side the difficulties of the national states (...) [lire]

A peine intronisé, Nicolas Sarkozy s’envolait pour Toulouse rencontrer les syndicats d’EADS. Avec ce dossier, le nouveau chef de l’Etat a trouvé un chantier à la mesure de son zèle et de son ambition. Pourtant au terme de sa visite à Toulouse trois remarques s’imposent : les engagements de campagne connaissent une obsolescence rapide, dans le domaine industriel Nicolas Sarkozy est bien un président activiste, et enfin il ne craint pas le bras de fer avec nos partenaires allemands, ce qui l’obligera à (...) [lire]

Qu’on ne s’y trompe pas, la crise actuelle n’est pas pour l’essentiel une crise industrielle. Les retards, les dépassements, les ajustements... sont le lot commun des nouveaux programmes dans l’aéronautique. Du reste Boeing en connaît en ce moment avec son « Dreamliner » : l’usage massif de composites dans la structure et de dispositifs électroniques innovants créent des problèmes de coût et de délais. Cette crise n’illustre pas davantage la cupidité devenue commune de nombre de dirigeants du Cac 40. Après tout, (...) [lire]

Industrial policy is mainly sector based in France, moulding industrial specialization and often promoting "grand projects." It intended to make use of economies of scale, specifically in technologically sophisticated sectors and has been labelled as High Tech Colbertism. [lire]

Affirmant sa volonté de sauver l’usine de Gandrange en s’appuyant sur le précédent d’Alstom, Nicolas Sarkozy veut une fois de plus montrer que le volontarisme étatique n’est pas un vain mot. Mais si le parallèle peut frapper les esprits il reste illusoire tant les situations sont différentes. Le président de la République fait fausse route.
La tentation est grande de traiter par la dérision ce fait d’armes, tant les démentis de Bercy et Matignon furent rapides et tant les situations entre l’usine de (...) [lire]

La tentation hexagonale : délocalisations et nouvelle politique industrielle
Economie Internationale Revue du CEPII, à paraître en 2007., 21 mai 2007.
Dans > Recherche > Articles.
thèmes traités : Politique industrielle |
Introduction
Les élites politiques françaises n’ont guère la religion du marché, du libre-échange, la dénonciation du libéralisme, est une pratique courante. L’actuel Président de la République, J.Chirac, se plait même à faire un parallèle entre les ravages du communisme et du capitalisme. Par ailleurs sondage après sondage l’image d’une France eurosceptique, altermondialiste, anti-capitaliste se dégage. De plus l’idéologie libre-échangiste a perdu de sa force intimidatrice depuis que la théorie des avantages comparatifs (...) [lire]

Le CIRI ou l’ingénierie sociale du déclin industriel
Actes du Colloque du Creusot 2007 (A paraitre), 21 mai 2007.
Dans > Recherche > Articles.
thèmes traités : Politique industrielle |
Introduction
De 1974 à 1984 La France connaît un choc industriel majeur : les crises énergétiques et monétaires, l’épuisement d’une dynamique de rattrapage, des structures financières fragiles vont contribuer à un déclin accéléré de l’industrie. L’Etat français qui depuis la Libération a fait de la politique industrielle un des outils majeurs de la Reconstruction puis de l’Expansion intervient alors massivement dans les restructurations et les reconversions industrielles. Dans les secteurs où il est l’actionnaire (...) [lire]

article d’E.Cohen : "Faut-il encore une politique industrielle ?", p. 87-98.
Acheter ce livre
Le temps où l’on pouvait tracer une ligne de démarcation infranchissable entre la gauche et la droite est révolu. Quel que soit le vainqueur des élections de mai 2007, il aura à se confronter à un certain nombre d’enjeux propres à la société française, sur lesquels il lui faudra agir rapidement. Pour essayer de comprendre ces enjeux et proposer les moyens de les traiter, Telos a demandé à vingt experts d’identifier les (...) [lire]

L’invité d’Ali Baddou
Aujourd’hui, à l’appel des syndicats, les salariés d’Airbus observent un mouvement de grève dans tous les sites français pour protester contre le plan de restructuration de l’avionneur européen. 10.000 emplois sont concernés par le plan Power 8, dans une entreprise dont on disait encore récemment qu’elle était un fleuron européen. Que s’est-il passé ? Retournement de tendance en fin d’année dernière avec des retards de livraison, des pertes annoncées, des changements à la tête de l’entreprise, et (...) [lire]

La journaliste Carole Gaessler reçoit l’économiste Elie Cohen. Ensemble, il commente l’évolution du groupe France Telecom depuis le CNET jusqu’à la marque Orange. France 5, le 05 février 2008 [lire]

Rapport du C.A.E avec Philippe Aghion, Patrick Artus, Daniel Cohen, Lionel Fontagné, Thierry Madiès et Thierry Verdier, 2007. [lire]

130 000 amendements ! La fusion GDF / Suez s’annonce comme la « cause » parlementaire du siècle. Mais alors que ce pourrait être une occasion d’ouvrir sans démagogie un débat sur la sécurité d’approvisionnement, l’investissement dans les réseaux, l’évolution du bouquet énergétique, on ne peut qu’être abasourdi de la médiocrité des arguments présentés d’un coté comme de l’autre, de la vision réductive qui s’en dégage, du véritable monument d’anti-pédagogie économique qui se construit sous nos yeux.
Dans la droite ligne de la (...) [lire]

Que reste-t-il des politiques industrielles ?
L’Industria - Revue du CERIS, 21 mai 2007.
Dans > Recherche > Articles.
thèmes traités : Politique industrielle |
Depuis 1945, le débat sur les politiques industrielles a été particulièrement intense en trois occasions majeures. Une première fois sous le général de Gaulle lorsque deux modalités particulières de la reconstruction et du rattrapage des Etats Unis par l’Europe ont été mises en oeuvre l’une tirée par le marché et régulée par le compromis social institutionnel en Allemagne, l’autre poussée par l’Etat, la finance administrée et les entreprises publiques en France. Ce premier débat va perdre de son acuité avec la fin des 30 (...) [lire]

Peu de fusions s’imposent avec une évidence économique aussi manifeste que celle de Suez et de Gdf. Le contexte energétque, les impasses stratégiques de Suez comme de GdF, les besoins d’investissement pour assurer la sécurité d’approvisionnement : tout milite pour une fusion de ces deux entreprises. Et pourtant, rarement le débat politique aura été aussi vif, les stratégies alternatives autant débattues et l’issue plus incertaine.
La fusion permet d’abord de faire de deux poids moyens un poids lourd (...) [lire]

Il faut écouter les voix qui s’expriment au Parlement et notamment celle d’élus de l’UMP réputés proches de Nicolas Sarkozy. Ils ont joué un rôle décisif dans la Loi actuellement débattue au Parlement. Ils sont les acteurs d’une formidable régression politique dont il faut craindre dans l’avenir des retombées délétères sur l’intégration européenne, la politique économique et la réforme de l’Etat.
Alors qu’il était possible de lever la règle des 70% de propriété publique qui limite les mouvements stratégiques de GdF au nom des (...) [lire]

Colbertisme high-tech

Articles portant sur ce thème :

Acheter ce livre
TGV, Ariane, Concorde, Minitel... ces réalisations qui chatouillent notre patriotisme ont en commun d’associer l’État français et les industriels dans de "grands projets" où la prouesse technologique fait plus ou moins bon ménage avec la logique économique. A l’ère de l’électronique, ce colbertisme "high tech" ressuscite une grande tradition d’intervention industrielle au service de la grandeur de la France et de la puissance de son état. En mobilisant la commande publique, la recherche et le (...) [lire]

L’affaire Airbus montre qu’il n’est plus possible, à l’heure de la mondialisation, de penser une entreprise sur le modèle politique des rapports franco-allemands.
Dans le flux quotidien des nouvelles sur l’affaire Airbus que faut-il déplorer le plus : la panne d’un grand projet industriel ?, la vision dirigiste de Ségolène Royal ?, la querelle des régions françaises et allemandes au nom de l’emploi ?, les invectives entre " camarades " syndicalistes des deux bords du Rhin ? Une chose est certaine : EADS, (...) [lire]

voir la vidéo
Plus de 80 % des salariés d’Airbus se sont mobilisés, le 6 mars 2007, contre le plan de restructuration qui avait été détaillé une semaine auparavant. S’étant transformé en enjeu de la campagne présidentielle, ce brûlant dossier mobilise les candidats, qui se divisent sur le rôle de l’Etat mais affichent leur souci de défendre l’emploi.
Le 28 février 2007, le constructeur aéronautique annonçait son plan de restructuration, nommé "Power 8", prévoyant la suppression de 10 000 emplois sur ses seize sites européens. La (...) [lire]

Qu’on ne s’y trompe pas, la crise actuelle n’est pas pour l’essentiel une crise industrielle. Les retards, les dépassements, les ajustements... sont le lot commun des nouveaux programmes dans l’aéronautique. Du reste Boeing en connaît en ce moment avec son « Dreamliner » : l’usage massif de composites dans la structure et de dispositifs électroniques innovants créent des problèmes de coût et de délais. Cette crise n’illustre pas davantage la cupidité devenue commune de nombre de dirigeants du Cac 40. Après tout, (...) [lire]

Quelle définition donneriez-vous du capitalisme contemporain ? Quels traits différencient le capitalisme du XXIème siècle de celui XXème siècle ?
Braudel définissait le capitalisme comme la sphère économique du commerce au loin , de la finance des profits de monopole et des spéculations . Il l’opposait à l’économie de marché , c’est à dire à la sphère de l’échange. Dans une perspective braudelienne. on pourrait parler aujourd’hui d’un capitalisme de la deuxième mondialisation caractérisé par une révolution technologique, une (...) [lire]

Dans un article récent du Wirtschaftswoche, Annette Ruess et Lothar Schnitzler s’interrogent : comment fait la France à l’ère de la mondialisation et de l’intégration européenne pour réussir à aligner tant d’entreprises dans le Top 500 de Fortune, pour surmonter les difficultés qui se sont révélées fatales à d’autres, et pour prendre l’ascendant sur ses partenaires. Pour eux, la réponse est double : d’une part, l’Etat Français soutient par tous les moyens disponibles ses champions nationaux et d’autre part les (...) [lire]

L’invité d’Ali Baddou
Aujourd’hui, à l’appel des syndicats, les salariés d’Airbus observent un mouvement de grève dans tous les sites français pour protester contre le plan de restructuration de l’avionneur européen. 10.000 emplois sont concernés par le plan Power 8, dans une entreprise dont on disait encore récemment qu’elle était un fleuron européen. Que s’est-il passé ? Retournement de tendance en fin d’année dernière avec des retards de livraison, des pertes annoncées, des changements à la tête de l’entreprise, et (...) [lire]

Rapport du C.A.E avec Philippe Aghion, Patrick Artus, Daniel Cohen, Lionel Fontagné, Thierry Madiès et Thierry Verdier, 2007. [lire]

Janvier 2003 J.Chirac, T.Blair et G.Shröder s‘adressent à la présidence de l’Union pour s’inquiéter de la désindustrialisation européenne et dénoncer l’indifférence de la Commission. L’initiative peut paraître étrange. Quoi de plus hétéroclite que cet assemblage de partisans et d’adversaires de l’intervention de l’Etat en industrie, quoi de plus irréaliste que de s’adresser à une instance qu’on a dépouillée de moyens d’intervention sauf en matière concurrentielle et commerciale, quoi de plus singulier que de (...) [lire]

La question peut paraître incongrue en théorie et en pratique, la France n-a t elle pas renoncé sur l’autel de la construction européenne aux outils de la politique industrielle que sont la commande publique, la promotion des champions nationaux, les aides ciblées, les plans sectoriels, le protectionnisme offensif. Le Parti socialiste naguère champion des nationalisations, du volontarisme industriel et de la planification ne s’est-il pas converti à la régulation, à la libéralisation et à la privatisation. D’où vient (...) [lire]

Par Philippe Aghion et Elie Cohen
Le recul du gouvernement sur le recrutement statutaire de 550 jeunes chercheurs ouvre la voie à un débat lucide sur l’avenir de la recherche française. Rien ne serait pire, une fois levé cet abcès de fixation, que de retomber dans les ornières du débat entre défenseurs du statu quo et réformateurs désargentés. Puisque J.Chirac, après les gouvernements japonais, allemand et britannique, a compris les enjeux de l’économie de la connaissance et a annoncé à son tour une Loi de (...) [lire]

Champions nationaux

Articles portant sur ce thème :

L’affaire Airbus montre qu’il n’est plus possible, à l’heure de la mondialisation, de penser une entreprise sur le modèle politique des rapports franco-allemands.
Dans le flux quotidien des nouvelles sur l’affaire Airbus que faut-il déplorer le plus : la panne d’un grand projet industriel ?, la vision dirigiste de Ségolène Royal ?, la querelle des régions françaises et allemandes au nom de l’emploi ?, les invectives entre " camarades " syndicalistes des deux bords du Rhin ? Une chose est certaine : EADS, (...) [lire]

Voir la vidéo
A la veille de l’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité et du gaz pour les particuliers, prévue pour le 1er juillet 2007, personne ne semble croire au "grand soir de l’énergie". Cette mesure pourrait pourtant tout bouleverser dans un secteur où Electricité De France (EDF), avec ses 25 millions d’abonnés, et Gaz De France (GDF), et ses quelques 10 millions de clients, règnent en maîtres depuis la loi de nationalisation des industries électriques et gazières de 1946.
"Si le marché se libéralise, (...) [lire]

voir la vidéo
Plus de 80 % des salariés d’Airbus se sont mobilisés, le 6 mars 2007, contre le plan de restructuration qui avait été détaillé une semaine auparavant. S’étant transformé en enjeu de la campagne présidentielle, ce brûlant dossier mobilise les candidats, qui se divisent sur le rôle de l’Etat mais affichent leur souci de défendre l’emploi.
Le 28 février 2007, le constructeur aéronautique annonçait son plan de restructuration, nommé "Power 8", prévoyant la suppression de 10 000 emplois sur ses seize sites européens. La (...) [lire]

A peine intronisé, Nicolas Sarkozy s’envolait pour Toulouse rencontrer les syndicats d’EADS. Avec ce dossier, le nouveau chef de l’Etat a trouvé un chantier à la mesure de son zèle et de son ambition. Pourtant au terme de sa visite à Toulouse trois remarques s’imposent : les engagements de campagne connaissent une obsolescence rapide, dans le domaine industriel Nicolas Sarkozy est bien un président activiste, et enfin il ne craint pas le bras de fer avec nos partenaires allemands, ce qui l’obligera à (...) [lire]

Qu’on ne s’y trompe pas, la crise actuelle n’est pas pour l’essentiel une crise industrielle. Les retards, les dépassements, les ajustements... sont le lot commun des nouveaux programmes dans l’aéronautique. Du reste Boeing en connaît en ce moment avec son « Dreamliner » : l’usage massif de composites dans la structure et de dispositifs électroniques innovants créent des problèmes de coût et de délais. Cette crise n’illustre pas davantage la cupidité devenue commune de nombre de dirigeants du Cac 40. Après tout, (...) [lire]

Le changement de statut d’EDF-GDF sonne-t-il la fin du service public comme le clament les syndicats ?
Absolument pas. Les textes européens sont clairs là-dessus : les missions de service public sont parfaitement compatibles avec la concurrence. L’Etat a le pouvoir d’imposer la péréquation géographique -le tarif est le même quel que soit le lieu- et l’accès égal à l’énergie avec la mise en place des tarifs sociaux. De plus, il continuera de définir les grandes orientations et notamment le choix des équipements (...) [lire]

6 ans après l’accession de Michel Bon à la présidence de France Telecom, 4 ans après la libéralisation du secteur des Telecom, 20 mois après l’acquisition d’Orange , pour FT et ses dirigeants l’heure des comptes approche. 6 ans c’est en effet la bonne distance pour juger d’une stratégie, de sa mise en œuvre et de ses premiers résultats. D’autant que FT a bénéficié du soutien constant de son actionnaire public et qu’il a donc pu déployer sa stratégie sans avoir à se soumettre aux pressions contradictoires des marchés. (...) [lire]

Dans un article récent du Wirtschaftswoche, Annette Ruess et Lothar Schnitzler s’interrogent : comment fait la France à l’ère de la mondialisation et de l’intégration européenne pour réussir à aligner tant d’entreprises dans le Top 500 de Fortune, pour surmonter les difficultés qui se sont révélées fatales à d’autres, et pour prendre l’ascendant sur ses partenaires. Pour eux, la réponse est double : d’une part, l’Etat Français soutient par tous les moyens disponibles ses champions nationaux et d’autre part les (...) [lire]

L’invité d’Ali Baddou
Aujourd’hui, à l’appel des syndicats, les salariés d’Airbus observent un mouvement de grève dans tous les sites français pour protester contre le plan de restructuration de l’avionneur européen. 10.000 emplois sont concernés par le plan Power 8, dans une entreprise dont on disait encore récemment qu’elle était un fleuron européen. Que s’est-il passé ? Retournement de tendance en fin d’année dernière avec des retards de livraison, des pertes annoncées, des changements à la tête de l’entreprise, et (...) [lire]

L’attribution de licences UMTS en France a donné lieu à un étonnant chassé croisé entre partisans et adversaires des enchères, chacun défendant en théorie une doctrine et appliquant en pratique celle de l’adversaire. Comment trouver autrement une cohérence, à un processus en deux étapes où l’Etat changea de règle du jeu en cours de route divisant par 8 au passage la part fixe de la redevance ? Pour Roger Guesnerie, c’est parce que les pouvoirs publics en France croient à la soumission comparative qu’ils ont de fait (...) [lire]

La journaliste Carole Gaessler reçoit l’économiste Elie Cohen. Ensemble, il commente l’évolution du groupe France Telecom depuis le CNET jusqu’à la marque Orange. France 5, le 05 février 2008 [lire]

130 000 amendements ! La fusion GDF / Suez s’annonce comme la « cause » parlementaire du siècle. Mais alors que ce pourrait être une occasion d’ouvrir sans démagogie un débat sur la sécurité d’approvisionnement, l’investissement dans les réseaux, l’évolution du bouquet énergétique, on ne peut qu’être abasourdi de la médiocrité des arguments présentés d’un coté comme de l’autre, de la vision réductive qui s’en dégage, du véritable monument d’anti-pédagogie économique qui se construit sous nos yeux.
Dans la droite ligne de la (...) [lire]

La question peut paraître incongrue en théorie et en pratique, la France n-a t elle pas renoncé sur l’autel de la construction européenne aux outils de la politique industrielle que sont la commande publique, la promotion des champions nationaux, les aides ciblées, les plans sectoriels, le protectionnisme offensif. Le Parti socialiste naguère champion des nationalisations, du volontarisme industriel et de la planification ne s’est-il pas converti à la régulation, à la libéralisation et à la privatisation. D’où vient (...) [lire]

Peu de fusions s’imposent avec une évidence économique aussi manifeste que celle de Suez et de Gdf. Le contexte energétque, les impasses stratégiques de Suez comme de GdF, les besoins d’investissement pour assurer la sécurité d’approvisionnement : tout milite pour une fusion de ces deux entreprises. Et pourtant, rarement le débat politique aura été aussi vif, les stratégies alternatives autant débattues et l’issue plus incertaine.
La fusion permet d’abord de faire de deux poids moyens un poids lourd (...) [lire]

Nous sommes en août 14, vient de déclarer M. Tremonti : l’affaire Enel-Suez serait le prodrome des guerres civiles européennes. Cette phrase terrible est elle-même la réponse à une image marquante, celle d’un Premier ministre français flanqué de deux PDG muets pour annoncer la fusion de deux entreprises énergétiques cotées, en réponse à l’OPA subliminale d’Enel. Commedia dell’arte contre cocorico du coq gaulois, faut-il que l’Europe soit à ce point en crise pour permettre un tel spectacle !
Car il faut le dire d’emblée, (...) [lire]

Il faut écouter les voix qui s’expriment au Parlement et notamment celle d’élus de l’UMP réputés proches de Nicolas Sarkozy. Ils ont joué un rôle décisif dans la Loi actuellement débattue au Parlement. Ils sont les acteurs d’une formidable régression politique dont il faut craindre dans l’avenir des retombées délétères sur l’intégration européenne, la politique économique et la réforme de l’Etat.
Alors qu’il était possible de lever la règle des 70% de propriété publique qui limite les mouvements stratégiques de GdF au nom des (...) [lire]

État brancardier

Articles portant sur ce thème :

Acheter ce livre
Comment la France est-elle passée, en vingt ans, du miracle industriel aux litanies sur l’inexorable déclin ?
Les faillites spectaculaires de Boussac, de Creusot-Loire ou de La Chapelle Darblay ; les conflits interminables de Manufrance ou des imprimeries parisiennes ; le naufrage de la Navale, de la sidérurgie et de la machine-outil ; le séisme de régions comme le Nord-Pas-de-Calais et La Lorraine ou les bassins d’emploi sinistrés tels Longwy ou La Ciotat : autant de cas précis permettant (...) [lire]

« Pour stimuler l’innovation, faut-il plus ou moins de concurrence ? De quels acteurs financiers avons-nous besoin pour faire naître des Google européens ? Faut-il déréglementer le marché du travail ? Peut-on adapter en France le modèle danois de flexsécurité ? ». Voilà quelques unes des grandes questions sur lesquelles devraient plancher les candidats à la présidence de la République et nous éviter ainsi une « dangereuse diversion protectionniste », nous expliquaient fin décembre trois économistes de renom : Patrick (...) [lire]

Pôle de competitivite

Articles portant sur ce thème :

Pôles de compétitivité, Agence d’innovation industrielle, Agence Nationale de la Recherche, Oseo-Anvar-BDPME ... n’en jetez plus. Après avoir méconnu pendant près d’une décennie le problème du décrochage industriel, de l’affaiblissement de notre capacité d’innovation et de la baisse du rayonnement de la science française, nos élites politiques deviennent frénétiques et de peur de mal faire elles adoptent en vrac des propositions contradictoires. Mais il y a plus surprenant encore, avec une bonne volonté et un sérieux (...) [lire]


Haut de page