Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Communication

| Presse | Radio | Télévision | Internet |

2008


Article paru dans Libération et sur le site de Terra Nova dans le cadre d’un dossier intitulé "La croissance, une idée de gauche".
On prête à la crise des vertus : elle permettrait à l’ancien de disparaître, elle libérerait le capital et favoriserait la mobilité. La « purge » acquiert ainsi une dignité académique dans les manuels. Cette vision est infirmée dans le monde réel : la crise détruit des entreprises innovantes car elles ne peuvent se financer, elle ralentit l’investissement dans le capital humain car il peut (...) [lire]

Mauvais temps pour la finance. Été 2007 : aux États-Unis, éclate la crise des subprimes dont on ne compte plus les dommages collatéraux. Janvier 2008, la Société générale est frappée par la fraude la plus importante de l’histoire de la banque française. Le système devient-il fou ? Faut-il faire le procès de la finance ? Sur le banc des accusés : la régulation et le contrôle interne. Monsieur Élie Cohen, économiste, directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du Conseil d’analyse économique, a bien (...) [lire]

Oui :
Un trader qui, après plusieurs années passées dans le back office, connaît parfaitement les procédures de contrôle informatique, maîtrisant tout autant les contrôles aléatoires que systématiques, ainsi que ceux réalisés par les équipes du contrôle des risques, peut techniquement prendre des positions et les loger dans des comptes en attente, ou parallèles à ceux de la banque, sans que personne ne le voit. En faisant systématiquement rouler ses positions avant l’échéance des contrats, il pouvait très bien passer au travers des (...) [lire]

 
Haut de page