Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Communication

| Presse | Radio | Télévision | Internet |

25 idées à partager pour réussir le changement.

Un essai du club Ulysse, dirigé par Élie Cohen, paru dans le supplément au N° 1370 du Nouvel Économiste du 14 au 20 décembre 2006.

Le programme commun de la France, les enjeux de la bataille électorale 2007


Etablir des diagnostics, présenter des solutions alternatives, évaluer l’impact de tel ou tel programme, faire la différence entre ce qui relève du pouvoir immédiat des autorités nationales et ce qui n’en relève pas (règles OMC, euro, UE) : telles sont les limites fixées à cet exercice collectif.
La campagne électorale qui démarre emprunte aux classiques de la vie politique : conquête du pouvoir et exercice du pouvoir obéissent à des logiques différentes. Dès lors, les propos de campagne engagent peu et n’éclairent que (...) [lire]

Par Pascal Blanque, Chief Investment Officer asset management groupe bancaire français
Les Français sont inquiets, non sans raison. A la puissance publique de les rassurer en mettant en œuvre les réformes nécessaires. Avec à la clé, le retour de la confiance.
La croissance domestique d’un pays moyen en 2006 a son environnement global fait de contraintes mondiales mais aussi d’opportunités. Les ignorer serait se mentir. Mais elle a aussi ses leviers nationaux, ou régionaux, qui laissent ouvert le champ de (...) [lire]

Par Elie Cohen, directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences-Po, membre du Conseil d’analyse economique
2004 a marqué le retour spectaculaire de l’engagement de l’Etat. Entre une gauche qui ne se résigne pas au retrait de l’Etat et une droite qui n’accepte pas le retrait de la Nation, la synthèse est-elle la bonne ?
Un spectre hante nos hommes politiques de gauche et de droite : les délocalisations. Les causes citées sont l’euro fort qui contraint Airbus à délocaliser, la concurrence déloyale de (...) [lire]

Par Olivier Garnier, directeur général adjoint de la Société Générale Asset Management
La nécessité de réduire notre endettement public ne résulte pas seulement de nos engagements européens . Il s’agit d’abord et surtout d’un impératif interne.
Comme suite au retour du besoin de financement public sous le plafond de 3 % du PIB, la procédure de « déficit excessif » ouverte en 2003 par l’Union européenne à l’encontre de la France devrait être officiellement levée d’ici au début de 2007. Face à ce dénouement, les candidats aux (...) [lire]

Par Denis Clerc, Rapporteur au CERC (Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale)
La fiscalité, pas plus que l’économie, ne relève d’une problématique éthique. Gardons-nous des effets de manche, qu’ils soient libéraux ou socialistes.
Depuis Edgar Faure, qui annonçait vouloir « demander plus à l’impôt et moins au contribuable », il n’est pas de programme électoral sans l’énoncé de quelques propositions de réformes fiscales bien senties. Car, par définition, la fiscalité est perçue par la grande majorité des (...) [lire]

Par Bernard Brunhes, vice-président du Groupe BPI
Pour lutter contre la précarité du travail, il est urgent de repenser un système social et juridique dépassé, de redéfinir intelligemment l’orientation scolaire, mais aussi de parier sur les métiers d’avenir.
Le mot flexisécurité est à la mode en Europe. En France, on dit « sécurité sociale professionnelle » à la CGT ou « sécurisation des parcours professionnels » à l’Elysée. Derrière ces expressions-valises, il y a une réalité simple, mais des approches politiques diverses.
La (...) [lire]

Par Robert Rochefort, directeur du credoc, membre du conseil d’analyse economique Le bilan de la loi Fillon n’est pas fameux. Le prochain gouvernement ne pourra échapper à traiter sérieusement ce dossier. Avec en perspective un appauvrissement programmé des retraités.
Dès la promulgation de la loi Fillon, au cours de l’été 2003, on savait que celle-ci serait insuffisante au règlement de la question des retraites à l’horizon 2050. Selon les estimations de l’époque, ce n’était qu’un peu moins de la moitié de (...) [lire]

Par Bernard Brunhes, vice-président du Groupe BPI
Du côté de l’offre, de profondes réorganisations sont à mener. Mais c’est du côté de la demande que les questions les plus angoissantes se posent. Au programme, la limitation de la prise en charge.
Est-il possible, dans une démocratie, de poser, noir sur blanc, les questions stratégiques que posent la politique de santé et la régulation de l’assurance maladie ou sommes-nous condamnés à multiplier les plans Sécu - toujours le plan décisif mais toujours fait de réformes à la (...) [lire]

Par Michel Wieviorka, directeur du Cadis de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, président de l’Association internationale de sociologie
Comment la crise de l’intégration à la française doit dépasser le clivage gauche-droite et construire de nouveaux modèles sur des bases républicaines démythifiées.
Dès le milieu des années 70, l’idée d’une crise de l’intégration « à la française » a frayé son chemin dans le débat public. Ce fut d’abord sous l’angle de l’Etat providence que quelques cris d’alarme ont été alors lancés, (...) [lire]

Par Jean-Pierre Petit, directeur de la recherche économique et de la stratégie d’Exane BNP Paribas
Le cycle immobilier a été largement découpé du cycle économique. Le but de toute stratégie publique doit être avant tout d’améliorer les conditions de logement et non pas d’encourager indéfiniment la propriété.
Depuis 1997, les prix des logements ont augmenté de 125 % en France (100 % hors inflation) alors que le pouvoir d’achat du revenu disponible des ménages n’a progressé que de 24 %. En d’autres termes, l’inflation (...) [lire]

Par François Dubet, professeur de sociologie à l’université de Bordeaux II, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales
L’école républicaine, qui s’appuie sur des convictions aujourd’hui en partie dépassées, doit faire l’objet d’une réelle volonté politique de la réformer. Un enjeu capital pour les générations futures.
Le système scolaire français est parvenu au terme d’une période de son histoire et de son développement. L’école républicaine construite à la fin du xixe siècle sur le projet d’intégrer une (...) [lire]

Par Pierre-Noël Giraud, professeur d’économie à l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris / ParisTech Réservée à une poignée d’experts, hauts fonctionnaires et industriels, l’énergie ne devait pas faire l’objet d’un véritable débat dans cette campagne. C’était sans compter sur les enjeux climatiques.
Dans les débats électoraux à venir, quelles seront, en matière énergétique, les questions consensuelles et celles qui font débat ? Les politiques d’approvisionnement pétrolier et gazier font consensus. La libéralisation des marchés (...) [lire]

Par Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à l’universtité de Paris-Dauphine, membre du Conseil d’analyse économique
L’agriculture ne trouve plus guère d’avocats dans les Parlements européens ou nationaux. La France va devoir accepter de mettre en œuvre une véritable politique nationale agricole et surtout de la financer.
L’agriculture ne pèse plus guère dans les équilibres démographiques, économiques et même politiques français : moins de 4 % de la population active, un peu plus de 2 % du PIB (3,9 % quand (...) [lire]

Par Philippe Chalmin et Elie Cohen
L’art de la réforme est bien difficile à exercer en France. Notre drame est que nous ne savons pas débattre et il nous manque l’art de construire des consensus.
Voici donc quelques idées pour refaire la France ! Le lecteur l’aura senti, il y a parmi nous quelques divergences, mais celles-ci ne pourraient empêcher la réalisation de ce « programme commun de la France » vers lequel tendent tant de gens convaincus du bien commun en France - et il y en a même parmi les (...) [lire]

 
Haut de page