Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Recherche thématique

loupe

Telecom

Articles portant sur ce thème :

La journaliste Carole Gaessler reçoit l’économiste Elie Cohen. Ensemble, il commente l’évolution du groupe France Telecom depuis le CNET jusqu’à la marque Orange. France 5, le 05 février 2008 [lire]

Sale temps pour les opérateurs mobiles : la provision pour dépréciation d’actifs de 30 milliards d’euros passée par Vodafone dans ses comptes vient leur rappeler qu’ils n’en ont pas fini de régler la facture de la bulle de l’Umts. Comme si une mauvaise nouvelle chassait l’autre les opérateurs découvrent simultanément les effets sur leurs revenus de la maturation de leur industrie, de l’intensification de la pression exercée par les régulateurs et de la multiplication des concurrents. Pour achever de les (...) [lire]

pour L’Expansion, janvier 2003.
Des titres comme France Telecom ou Alcatel naguère honnis ... qu’on s’arrache en ce début d’année. Des recommandations qui s’inversent pour le secteur des équipementiers telecom ou pour des opérateurs comme DT, il n’en fallait pas davantage pour que certains annoncent la sortie de crise.
Que le marché soit davantage la chambre d’échos de rumeurs ou le théâtre de comportements moutonniers et de prophéties autoréalisatrices n’est pas nouveau. Pour l’économiste, il importe par (...) [lire]

L’attribution de licences UMTS en France a donné lieu à un étonnant chassé croisé entre partisans et adversaires des enchères, chacun défendant en théorie une doctrine et appliquant en pratique celle de l’adversaire. Comment trouver autrement une cohérence, à un processus en deux étapes où l’Etat changea de règle du jeu en cours de route divisant par 8 au passage la part fixe de la redevance ? Pour Roger Guesnerie, c’est parce que les pouvoirs publics en France croient à la soumission comparative qu’ils ont de fait (...) [lire]

6 ans après l’accession de Michel Bon à la présidence de France Telecom, 4 ans après la libéralisation du secteur des Telecom, 20 mois après l’acquisition d’Orange , pour FT et ses dirigeants l’heure des comptes approche. 6 ans c’est en effet la bonne distance pour juger d’une stratégie, de sa mise en œuvre et de ses premiers résultats. D’autant que FT a bénéficié du soutien constant de son actionnaire public et qu’il a donc pu déployer sa stratégie sans avoir à se soumettre aux pressions contradictoires des marchés. (...) [lire]


Haut de page