Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Recherche

Pierre Mendès France et le mendésisme, L’expérience gouvernementale (1954-1955) et sa postérité

Fayard, 1985.

Sous la direction de Jean-Pierre Rioux et François Bédarida
Contribution d’Élie Cohen : L’expérience Mendès France et le patronat.
Paru chez Fayard, 1985.

Acheter ce livre

(JPG) Un homme, un style, un héritage, bientôt une légende : Pierre Mendès France. Sept mois et dix-sept jours du gouvernement de Cassandre en 1954-1955, qui ont fait tressaillir tant de Français et étonné le monde. Une pratique du pouvoir, une "certaine idée de la France" un pari tenu, puis la mise à mort et l’espoir d’un retour. Au confluent de cet homme et de cette expérience, un projet qu’il fallut capitaliser après 1955, sans jamais pouvoir l’imposer : le mendésisme. C’est la combinaison de ces trois éléments neufs de l’histoire de la France contemporaine qu’ont scrutée des historiens, français et étrangers, à l’occasion d’un colloque organisé par lInstitut d’Histoire du Temps Présent du CNRS.

En toute liberté, ils sondent les archives, confrontent les témoins, démêlent les faits et les mythes. Ils font une lecture inédite et minutieuse des heures dramatiques, de Diên Biên Phu à l’Algérie, en passant par Carthage ; ils découvrent le panorama de la France nouvelle qui s’éveille ; ils mesurent les avatars et les espoirs du mendésisme. L’en-deçà de la légende, avec quelques idées reçues mises à mal. Mais aussi l’au-delà d’une fidélité à ces idées fortes qui ont scellé le destin de l’homme et qui n’ont pas cessé de hanter trente ans après la politique de ce pays : vérité, modernité, rigueur. "L’histoire demande nécessairement des comptes, après un si grand rôle tenu" écrivait Mendès France à la mort du général de Gaulle. De justes comptes sur un républicain de toujours, un gouvernement d’urgence et un espoir à rebondissements, en voici.

Haut de page