Elie Cohen - directeur de recherche au CNRS, professeur à Sciences Po et membre du CAE

Recherche

Les grandes manoeuvres industrielles

Pierre Belfond, 1985.

(JPG) Acheter ce livre

Après avoir manqué, il y a dix ans, le virage du magnétoscope, Thomson envisage, à la fin des années 70, une alliance avec les Japonais, accueillie sans enthousiasme à l’époque par les autorités. Après 1981, le nouveau gouvernement signifie clairement à l’entreprise, qui vient d’être nationalisée, son refus. Moins de trois ans plus tard l’accord est signé. Avec le soutien des pouvoirs publics. Pourquoi ?

Au début des années 60, les Américains refusent de livrer à la France un ordinateur qui aurait pu avoir des applications militaires. C’est cet affront qui donnera naissance au dessein gaulliste de construire une grande industrie informatique nationale. Pourtant, en dépit des efforts, des crédits et des bonnes intentions, ce secteur est aujourd’hui dans une situation plus dramatique que jamais. Pourquoi ?

C’est ce qu’explique, à travers de nombreux récits « pris sur le vif » où les rebondissements relèvent quelquefois plus des vaudevilles que de la stratégie, ce livre sur les grandes manœuvres dans l’industrie sous la Ve République. De Saint-Gobain à Rhône- Poulenc, de Péchiney à Elf- Aquitaine, les occasions de mariages, de brouilles et de divorces entre les groupes ne manquent pas et n’ont pas manqué, que ce soit dans la chimie ou le pétrole ou les télécommunications. On y découvre des hommes politiques et des hauts fonctionnaires obsédés par le principe de l’indépendance nationale et qui jouent à un super-Monopoly avec les entreprises sur lesquelles ils exercent une tutelle ou un pouvoir. En face, les managers se prennent pour Clausevitz.

Cohen et Bauer projettent une lumière crue et souvent iconoclaste sur les politiques industrielles et les stratégies d’entreprise, et nous dévoilent ce que nous pressentions : l’Etat, empêtré dans les guérillas que se livrent ses grands corps, ses ministères et ses entreprises, est aujourd’hui frappé d’impuissance, parce que prisonnier de logiques et de principes trop souvent étrangers aux réalités économiques.

Elie Cohen, trente-cinq ans, Sciences-Po, docteur en gestion, et Michel Bauer, trente-sept ans, HEC, chercheurs dans une grande école, ont enseigné l’économie et la sociologie à HEC, Sciences-Po, l’université de Paris I et à l’Ecole des Mines de Paris. Ils ont publié, en 1981, un premier livre sur le pouvoir dans les grandes entreprises : Qui gouverne les groupes industriels ?

Table des matières complète :

  • AVANT-PROPOS
  • PREMIÈRE PARTIE : Le gouvernement public face aux gouvernements privés
    • I Pavane pour le défunt magnétoscope européen
    • II De Bull à Bull ou l’informatique française sans cesse recommencée
    • III Les microprocesseurs de la décision stratégique
  • DEUXIÈME PARTIE : L’État introuvable
    • IV La chimie dans la cour du tsar du pétrole
    • V Vie et mort de « l’industrie des industries » ?
    • VI l’industrie désobéissante ?
  • TROISIÈME PARTIE : Les logiques d’appareils
    • VII Naissance d’un empire : Elf
    • VIII Une entreprise camouflée en administration : la DGT
    • IX L’échec inscrit au coeur du succès
  • QUATRIÈME PARTIE : L’État en industrie
    • X Le volontarisme politique en Industrie
    • XI Le Politique parle, l’Administration demeure
    • XII La loi d’airain des appareils
  • EN GUISE DE CONCLUSION
  • Note bibliographique

Acheter ce livre

Haut de page